Slimane Kader - Avec vue sous la mer

17.90 €
Format:
Quantité:

Prix du roman d’entreprise et du travail 2016

« Tu connais le Pyramidia dans le 77 ? C’est un hôtel. Et c’est là que tout commence. Dans un hall. Entre un comptoir et deux ficus. Face à un panneau où il y a écrit « Magic Cruising Espace Rencontre. »

Un matin, Slimane Kader décide de s’engager sur un bateau de croisière en mer des Caraïbes. Fini la cité du 9-3, direction Miami, mais pas pour le farniente et les palmiers. Il se retrouve homme à tout faire dans une ville flottante transportant 8000 passagers. 6000 ont vue sur la mer : les touristes. 2000 vivent sous la mer : des esclaves modernes, employés pour répondre aux désirs des étages supérieurs. Les Chinois aux cuisines, les Indiens à la buanderie, les Mauriciens au service, les Chicanos au nettoyage. Slimane, jeune Français originaire de Kabylie, est au bas de l’échelle, le « joker ». Appelé là où il faut des renforts, il fait tout, et raconte tout. Voici la face immergée du tourisme de masse.

Mais Avec vue sous la mer est plus qu’un témoignage. C’est un geste littéraire. Dans sa langue drue, vivace, et avec un humour cinglant, Slimane Kader signe une comédie noire qui en dit long sur notre époque.

-

Date de parution: 27 mars 2014 - ISBN: 9782370730107 - 260 pages

Slimane Kader est un pseudonyme. L’auteur tient à préserver son anonymat. Son premier roman, Wam(NiL, 2011), racontait sa jeunesse en banlieue parisienne. Son deuxième, Avec vue sous la mer (Allary Éditions, 2014), relatait son expérience de soutier sur un paquebot de croisière. Pour son troisième roman, Santa Rosa, il s’est inspiré de son nouveau lieu de travail.
Prix du roman d’entreprise et du travail 2016

« Un écrivain qu’il faut s’empresser de lire pour l’intelligence qu’il donne et la jubilation qu’il produit. »
Yves Michaud

« L’auteur est une énigme, sa balade est à crever de rire, son langage musical, inventif, son humour époustouflant. »
Dominique Simonnot, Le Canard Enchainé

« Un roman passionnant et documenté sur les soutes de l’industrie du voyage, par un auteur au style inimitable entre punch line et argot de banlieue. »
GQ

« C’est Florence Aubenas avec la langue de Jamel Debbouze. »
Grégoire Leménager, France Inter

On vous conseille aussi :